mercredi 30 janvier 2008

Etude sémiologique de QualiQuanti sur les enfants et les écrans

Dans le cadre du colloque "Enfants et écrans : qui dévore qui ?" QualiQuanti a recueilli un corpus important de photos d’enfants en situation face à l’écran de télévision / d’ordinateur envoyées par les parents de ces enfants inscrits sur le Panel Jeunesse de Lagardère.
Ces photos ont fait l'objet d'une analyse sémiologique.

Vous pouvez télécharger cette étude ici.


Rappel de la méthode

L’analyse a porté sur plusieurs éléments susceptibles d’éclairer le rapport des enfants aux écrans :

o Les photos recueillies en amont du colloque
o Les commentaires des parents
o Des visuels d’écrans et de consoles de jeux
o Des visites en magasins spécialisés, Darty, Fnac, Virgin, au rayon des jeux vidéos et écran TV, en particulier près des stands de démonstration (le mercredi après-midi est une période de forte affluence d’enfants).

L’analyse a tenu compte d’une série de travaux et lectures sur le sujet (chaque fois qu’une référence intervient pour éclairer le propos, ou participe au commentaire des photos, elle est renvoyée en note) :

o Les actes du Colloque Gulli Enfants, écrans : qui dévore qui ? Novembre 2007
o Pour comprendre les médias, Mc Luhan, Seuil, 1977
o Les enfants face aux écrans : pornographie, la vraie violence ? Paris Télémaque 2004, et Les 90 questions que tous les parents se posent, Paris Télémaque, 2007, par Jacques Henno, complétés pas des entretiens avec l’auteur.
o L’écran global, Gilles Lipovetsky et Jean Serroy, Paris, Seuil, 2007
o Apprendre avec l’écran, qu’est-ce que cela change pour nos enfants ? Rolande Kodsi, Milan, 1999

L'étude a également tenu compte d’études antérieures réalisées par QualiQuanti sur des sujets proches :

o Étude sémiologique sur le cartable électronique
o Étude sur le DVD interactif (enquête qualitative et sémio)
o Étude sur le comportement des jeunes à domicile à l’heure du prime time

Synthèse

La question du rapport des enfants aux écrans est difficile à traiter car elle est brouillée par des considérations connexes sur l’écran lui-même qui peuvent parasiter le sujet :

o On ne parle le plus souvent que des images qui passent dans les écrans (en l’occurrence le porno, la violence, la pub), et non pas des écrans eux-mêmes, comme si le dispositif était tout à fait « neutre ». Il y a une ambiguïté – qui est en elle-même révélatrice – à mettre en avant la question de l’écran pour ensuite la passer sous le tapis des images.
o On ne parle le plus souvent que de la menace ou de l’inquiétude des parents quant aux effets néfastes des écrans sur les jeunes esprits, et aux outils de défense mis en place pour les prévenir (contrôle du temps et interrogations sur les programmes visionnés)

Si l’on essaie de dépasser ces questions qui sont légitimes mais qui font aussi justement « écran » à la question de l’écran, les images recueillies révèlent à la fois :

o La très forte capacité d’immersion des enfants devant l’écran, par tout un ensemble de facteurs. Les écrans peuvent être classés selon leur degré potentiel d’immersion, de l’ordinateur à la console. Tout se passe comme si l’enfant n’avait qu’un seul mode d’écoute (immersif), contrairement aux adultes qui en ont plusieurs.
o La très faible adaptation relative des écrans (et des meubles) aux enfants. Ceux ci doivent se glisser très tôt dans une architecture écranique qui n’est pas conçue pour eux.
o L’impact de l’écran en soi, indépendamment des images qu’il diffuse. Cette métamorphose dans l’accès au jeu ou au savoir exige un renouvellement en profondeur, pas seulement des adultes mais de l’école et de la société.

Plusieurs enjeux se dessinent clairement à l’analyse des images envoyées :

o D’une part, la nécessité de compléter (et non pas d’empêcher) l’écoute immersive par d’autres modalités d’écoute, d’actualisation, d’interaction avec les adultes, en diffusant des programmes qui supposent ce type d’écoute (programmes familiaux, ou adultes)
o D’autre part, d’adapter la géographie domestique ou les écrans en fonction des besoins de l’enfant (proximité, hauteur). De ce point de vue, l’usage de l’ordinateur portable (léger, multi-fonctions, multi-usagers) apparaît comme une tendance très légitime.
o Enfin, le modèle de l’écran vient perturber une certaine image et statut de l’enfant, par rapport à l’adulte et à l’école. Le modèle de transmission des savoirs proposé par l’écran est concurrent de l’école, et invite à repenser leurs relations en termes de complémentarité.


.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire